Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 10:34

L'âme des marins




Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 00:00

La mer











Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 10:40

Les paysans













Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 10:20

Loguivy de la mer














Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 20:56

La blanche hermine








 

1

 


J

 

 

’ai rencontré ce matin,
Devant la haie de mon champ
Une troupe de marins,
D’ouvriers, de paysans
O allez-vous camarades,
Avec vos fusils chargés ?
Nous tendrons des embuscades,
Viens rejoindre notre armée.

R

L

 

 


a voil la blanche Hermine,
Vivent la mouette et l’ajonc !
La voil la blanche hermine,
Vivent Foug res et Clisson !

2

O

 

 

allez-vous, camarades,
Avec vos fusils chargés ?
Nous tendrons des embuscades,
Viens rejoindre notre armée.
Ma mie dit que c’est folie
D’aller faire la guerre au front.
Moi je dis que c’est folie
D’ tre enchaîné plus longtemps.

3

M

 

 

a mie dit que c’est folie
D’aller faire la guerre au front.
Moi je dis que c’est folie
D’ tre enchaîné plus longtemps.
Elle aura bien de la peine
Pour élever les enfants.
Elle aura bien de la peine
Car je m’en vais pour longtemps.

4

Je viendrai la nuit noire
Tant que la guerre durera.
Comme les femmes en noir,
Triste et seule, elle m’attendra.

 

 

5

Et sans doute pense-t-elle
Que je suis en déraison.
De la voir, mon c ur se serre,
L -bas, devant la maison.

 

 

6

… Et si je meurs la guerre,
Pourra-t-elle me pardonnerD’avoir préféré ma terre
l’amour qu’elle me donnait ?

 

 

7

… J’ai rencontré ce matin,
Devant la haie de mon champ,
Une troupe de marins,
D’ouvriers, de paysans.

 

 

 

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 14:49

Dalc'h Sonj  















Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 14:37

Da Feiz hon Tadou Kozh












Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 11:36


Me zo ganet e kreiz ar mor





Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 10:43

Vivante Bretagne







Vivante Bretagne
%%%
Vivante Bretagne aux divers visages%%%
Par plaines et monts, jusqu'à l'Océan%%%
J'aime parcourir tes prés, tes rivages%%%
Tes chemins qui vont vers de frais ombrages%%%
Sous l'immensité de ton ciel changeant.%%%
Fertile Bretagne, aujourd'hui prospère%%%
Riche de troupeaux, de fruits de moissons%%%
Tes fils ont enfin vaincu la misère%%%
Ils ont défriché landes et bruyères%%%
Et semé le grain dans les champs d'ajonc.%%%
%%%
Solide Bretagne, où survit la race%%%
Des vrais laboureurs%%%
Au coeur généreux, ardent et tenace%%%
Bravant de la mort la sombre menace%%%
Ils ont affronté tous les ouragans.%%%
Mystique Bretagne, élevant sans trève%%%
Tes regards vers Dieu ou vers l'idéal%%%
Tu gardes toujours des Celtes la sève%%%
Et tu poursuivras l'impossible rêve%%%
Des pieux chevaliers en quête du Graal.%%%
%%%
Dolente Bretagne, où les soirs d'automne%%%
La mélancolie étend ses langueurs%%%
Où le glas des morts descend monotone%%%
Dans le vieux jardin dont la fleur frissonne%%%
Quand le vent de mer chante les douleurs.%%%
Aimante Bretagne, aux bras de sirène%%%
Je suis prisonnier du Val sans Retour%%%
Tu m'as enchanté de ta tiède haleine%%%
Souvent délivré d'angoisse et de peine%%%
Redonné la joie et rendu l'amour%%%






  Paroles de PM Mevel - Musique  de Fañch Danno



Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 10:29

L'Aiglon






L'Aiglon (Edmond Rostand

L'aiglon II ScèneIX Le laquais: Flambeau
Et nous, les petits, les obscurs, les sans-grades
Nous qui marchions fourbus, blessés, crottés malades
Sans espoir de duchés ni de dotations;

Nous qui marchions toujours et jamais n'avancions;
Trop simples et trop gueux pour que l'espoir nous berne
De ce fameux bâton qu'on a dans sa giberne;
Nous qui par tous les temps n'avons cessé d'aller,
Suant sans avoir peur, grelottant sans trembler
Ne nous soutenant plus qu'à force de trompette,

De fièvre, et de chansons qu'en marchant on répète

Nous sur lesquels pendant dix-sept ans, songez-y
Sac, sabre, tourne-vis, pierres à feu, fusil
- ne parlons pas du poids toujours absent des vivres -

Ont fait le doux total de cinquante-huit livres
Nous qui, coiffés d'oursons sous les ciels tropicaux
Sous les neiges n'avions même plus de shakos
Qui d'Espagne en Autriche exécutions des trottes;
Nous qui pour arracher ainsi que des carottes
Nos jambes à la boue énorme des chemins,
Devions les empoigner quelquefois à deux mains;
Nous qui pour notre toux n'avions pas de jujube
Prenions des bains de pied d'un jour dans le Danube;
Nous qui n'avions le temps, quand un bel officier
Arrivait au galop de chasse, nous crier:
"L'ennemi nous attaque, il faut qu'on le repousse!"
Que de manger un blanc de corbeau, sur le pouce,
Ou vivement, avec un peu de neige, encor
De nous faire un sorbet au sang de cheval mort;
Nous.....
Fin de l'extrait de L'Aiglon
Thème de réflexion........





qui fait suite à la "dernière heure" de konchennou

http://konchennou.over-blog.com

 

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article

Présentation

Recherche